NOUVELLESNOUVELLES
Rémi Tremblay et Matthieu Ricard_Déjeuner conférence_Maison des Leaders


DÉJEUNER-CONFÉRENCE | LEADER : LA BIENVEILLANCE, ANTIDOTE À LA MÉFIANCE, MOTEUR DE COOPÉRATION

Lundi dernier, nous avons eu le privilège d’accueillir notre ami, le moine bouddhiste, Matthieu Ricard. Avec lui, nous avons abordé le thème de la confiance qui est au cœur des dynamiques organisationnelles et de nos sociétés. Voici un bref résumé de ses enseignements :

Matthieu mentionne qu’il est urgent de sortir de la méfiance pour aller vers la confiance. Il illustre que dans la méfiance, c’est l’identité du Moi qui prédomine: les autres sont-ils là pour me faire plaisir ou sont-ils une menace pour moi? Il existe très peu de véritable malveillance dans les faits. Il nous met d’ailleurs en garde de voir de la malveillance là où il n’y a qu’une manifestation d’indifférence envers nous. Pour aller vers une approche de confiance, il faut d’abord sonder sa motivation, son intention fondamentale. Donner sa confiance ne veut pas dire que ce soit au détriment de soi-même. Se vouloir du bien est naturel et même important dans la mesure où ce n’est pas au détriment des autres.

Explorer sa motivation devrait aussi comporter les questions quant à sa portée: pour un petit nombre ou un plus grand nombre; à court ou long terme? L’idéal, selon Matthieu Ricard, est de vouloir son bien ET celui de l’autre, pour le plus grand nombre ET à long terme. Il fait valoir que lorsqu’on est dans la confiance, le Moi est plus transparent et ce faisant, se sent moins menacé. C’est l’ouverture de son espace intérieur. Matthieu raconte que bien souvent la souffrance, le mal-être dans les organisations se développent parce que les personnes se sentent coincées, étouffées avec peu de marge de manœuvre. Elles développent ainsi le sentiment d’être usées par le système. Alors que lorsqu’on suscite la confiance chez les autres, ils seront heureux d’être à la hauteur de la confiance qu’on leur porte. Comment se définit-on? Nous sommes une identité, une étiquette? Ou plutôt des êtres humains dignes de confiance? Quelle est la société que l’on souhaite pour soi, pour les autres? Il nous encourage à rallier les autres à cette cause…

Rappelons-nous qu’il suffit de seulement 15% pour insuffler un changement.

Une belle rencontre avec un humain profondément attachant et inspirant !